Pont poutre pleine

Ponts composés d'un tablier très rigide qui transmet les charges sur les piles intermédiaires ou sur les culées.

Les pont poutres désignent tous les ponts dont l'organe porteur est une ou plusieurs poutres. Les efforts engendrés dans la structure sont principalement des efforts de flexion.

Un cas particulier de ce type de pont : les ponts à voussoirs. Des tronçons de tablier sont préfabriqués puis assemblés à la structure porteuse, la pile, au fur et à mesure de l'avancement du chantier, de manière alternée, afin d'équilibrer les charges de part et d'autre de la pile.

Ce procédé permet de franchir de grandes portées, allant jusqu'à 300 mètres en utilisant le béton armé, sans besoin d'étaiement.

On trouve donc des ponts à poutre en béton, en acier, mais aussi en bois (la portée étant nettement plus courte).

Pont poutre treillis

Ponts composés de structures triangulées, très légères et très rigides, supportant le tablier.

La structure en treillis est basée sur le principe de l'indéformabilité des triangles. Cette formidable découverte a permis aux charpentiers, depuis la nuit des temps, de franchir des portées importantes avec l'aide d'éléments relativement minces et légers.
Les efforts engendrés principalement dans ce type de structures sont de la traction et de la compression.
Pour les ponts en poutre treillis en acier, on réussit à franchir des distances étonnantes grâce à ce principe, alors qu'avec une poutre pleine, il aurait fallu dix fois plus de matière !

 

Pont à voûte

Ponts utilisant plusieurs arcs pour ramener les efforts en appui en suivant des lignes de compression pure.

Ces ponts sont capables de transformer les charges verticales du tablier en forces obliques qui vont suivre la forme de l'arc, puis de les transférer vers le sol à l'aide de la pile.

Ces forces vont se transmettre au terrain à travers les culées ou les piles et vont se décomposer en deux : une force verticale et une force horizontale qui aura tendance à écarter les culées.
Généralement les ponts à voûte sont en pierre, mais on en trouve en acier et en béton.

 

 

Pont en arc

Ponts utilisant un arc pour ramener les efforts en appui en suivant des lignes de compression pure.

Ces ponts sont capables de transformer les charges verticales du tablier en forces obliques qui vont suivre la forme de l'arc.

Ces forces vont se transmettre au terrain à travers les culées et vont se décomposer en deux : une force verticale et une force horizontale qui aura tendance à écarter les culées.
Un cas particulier de pont en arc est le pont à béquille. Les béquilles transmettent les efforts de charge du pont vers des massifs de béton, un peu comme le ferait un arc.

Généralement les ponts en arc sont en acier et en béton.

 

Pont suspendu

Ponts en acier et en béton dont le tablier est suspendu à des câbles porteurs par des câbles verticaux, l'ensemble est supporté par des pylônes.

Le poids du tablier, les charges dues à la circulation et toutes les autres charges sont transférées à travers les câbles jusqu'à la partie supérieure des pylônes. Les pylônes vont ensuite ramener les efforts verticaux vers le sol. Pour que ce système fonctionne correctement, les câbles porteurs sont ancrés dans de gros socles en béton à chaque extrémité du pont. Vus de loin, les grands câbles porteurs prennent la forme d'une caténaire, forme d'un élément souple soumis à des charges réparties tout le long.

Ces ponts sont les seuls à ramener des efforts horizontaux exceptionnels au niveau des fondations du câble principal à chacune des extrémités du pont. Plus les pylônes sont hauts et mois les efforts horizontaux sont importants. Le contraire est aussi vrai, c'est pour cela que nous ne voyons pas de ponts suspendus avec de petits pylônes : les forces horizontales seraient trop importantes pour les fondations ou même pour le câble.

Les plus grandes portées sont atteintes avec ce type de ponts.

Pont à haubans

Pont en acier et en béton dont tous les tronçons de tablier sont ancrés par des câbles différents directement au pylône.

Un hauban est un câble qui relie une partie du tablier avec les pylônes. Le principe des ponts haubanés est basé sur une équilibre simple : des haubans portent deux parties symétriques du tablier du pont de chaque côté d'un pylône.
Cet équilibre permet au pont à haubans, contrairement aux ponts suspendus, de transmettre seulement des poussées verticales au terrain à travers le pylône.
Le système constructif de ce pont tient compte et profite complètement de ce principe. Une fois les pylônes construits, de petites longueurs de tablier sont mises en place et suspendues au pylône.
Cette opération doit se faire en alternance de part et d'autre du pylône, sinon celui-ci pourrait chavirer à cause du déséquilibre de poids.

Les ponts à haubans sont plus limités en portée que les ponts suspendus : le hauban qui suspend le tablier le plus éloigné de la pile est très incliné et travaille sous une grande traction.

Un des avantages de ce type de ponts est qu'ils peuvent être construits sur presque tous les types de terrain, grâce à leur mode constructif.

Typologie des ponts



........................................................................................................


-->